La production agricole biologique française

Après une période de stagnation entre 2002 et 2007, la production agricole biologique française continue son expansion sur le territoire français. Entre 2007 et 2011, les surfaces conduites en Bio ont progressé de +75 %, il en est de même pour le nombre d’exploitations agricoles (+ 93 %) engagées dans cette démarche (AGENCE BIO, 2012).

II.1. Une production diversifiée

schéma

Figure 1. Répartion des exploitations Bio en fonction de leur activité principale (AGENCE BIO, 2012).

La figure 1 présente la répartition des exploitations agricoles Biologiques en fonction de leur activité principale. Les activités principales dominantes sont l’élevage et la production de fruits et légumes qui représentent respectivement 34% et 23% des exploitations Bio (en tant qu’activité principale). La viticulture suit de près, avec 19 % des fermes conduites en Bio (AGENCE BIO, 2012).

En s’intéressant avec plus de précision aux activités globales des exploitations engagées en agriculture Biologiques, on remarque que :

  • 63 % des exploitations conservent une surface en herbe et/ou des cultures fourragères permanentes.
  • 38 % sont engagées dans la production céréalière, d’oléo protéagineux ou de légumes secs (qu’il s’agisse de leur activité principale ou d’une production secondaire)
  • La production de fruits et légumes concerne 42 % des exploitations agricoles dont la moitié à titre principal.
  • 64 % de l’élevage Bio concerne l’élevage bovin (lait+allaitant confondu).
  • 7 % cultivent des plantes médicinales, à parfum ou aromatiques (PPAM) (qu’il s’agisse de leur activité principale ou d’une production secondaire)

II.2. La production végétale

La surface dédiée à la production végétale biologique représente 975 141 ha en France. 65 % de ces surfaces concernent des surfaces en herbe ou en cultures fourragères, 20 % des grandes cultures et 9 % des cultures pérennes (vignes et arbres fruitiers).  Les surfaces totales conduites en bio ont augmenté de 15 % en moyenne par rapport à 2010. Le plus fort taux de croissance concerne la production fruitière, les vignes et les légumes secs (+ 20 %).

schéma5

Figure 2: Répartition des surfaces conduites en agriculture biologique selon les types de production. Agence Bio 2012

La part des productions végétales conduites en Bio représente, toutes productions confondues, 3,56 % de la production végétale totale (conventionnelle et Bio) sur le territoire français. Minoritaire pour certains produits tels que les céréales et les oléagineux (respectivement 1,57 % et 1,19 % de la production totale nationale), le Bio se développe fortement au sein des cultures de légumes secs (25 % Bio/total national), des Plantes à Parfum/Aromatiques/Médicinales (PPAM) dont la production en Bio représente 12,3 % de la production totale de PPAM et de la production fruitière (11,73 % Bio/total national) (AGENCE BIO, 2012).

Présentation de la saisonnalité des productions de fruits et légumes BIO dans le Sud-Ouest.

Calendrier de production

 

II.3. La production animale

schéma2

Figure 2: part du cheptel Bio dans le cheptel national en 2010 et 2011. (AGENCE BIO, 2012)

L’ensemble de la filière animale Biologique se développe bien. Cependant elle constitue encore une faible part de la production animale nationale (Figure 2). L’apiculture représente le plus fort taux de conduite en agriculture Biologique des productions animales (bien qu’elle représente une toute petite activité des exploitations Biologiques), suit la production d’œufs de poules Bio et les productions de lait de chèvres et de brebis Bio (Figure 2) (AGENCE BIO, 2012).

5ème collecteur de lait Bio en Europe, la France recense, en 2011, 2 544 producteurs de lait Biologique dont 72 % sont des éleveurs de vaches laitières, 23 % des éleveurs de chèvres et 9 % des éleveurs de brebis (En prenant en compte qu’un producteur peut combiner plusieurs ateliers de production sur son exploitation) (AGENCE BIO, 2012). Avec 332 millions de litres de lait de vache Bio collectés, la part du Bio représente 1,4 % de la collecte nationale en 2011. Cependant, depuis 2008 une très forte progression de cette production en Bio est enregistrée, les volumes ont progressé de + 20,5 % en 2011 par rapport à 2010 et de + 41,1 % par rapport à 2008. Deux tiers de la collecte de lait de vache Bio se concentre dans quatre régions : Pays de la Loire, Bretagne, Franche-Comté, Basse-Normandie. Celles-ci représentent 67 % du volume de lait Bio collecté (AGENCE BIO, 2012).

La production de viande Bio est elle aussi en progression. La taille du cheptel Biologique français a augmenté d’environ 15 % entre 2007 et 2011. La production de viande ovine Biologique reste l’activité dominante (Figure 3).

schéma3

Figure 3. Evolution du nombre d’éleveurs et des cheptels de vaches allaitantes, brebis viande et truies Bio (2007-2011) (AGENCE BIO, 2012).

II.4. Un développement régional contrasté

L’agriculture Biologique se développe sur le territoire français, cependant, on remarque un contraste selon les différentes régions de France.

Trois régions comptabilisent 1/3 des surfaces en Bio, il s’agit des régions Midi-Pyrénées (118 754 ha), Pays de la Loire (102 495 ha) et Languedoc-Roussillon (87 621 ha).

map_france1

Figure 4: Le dévelopement de la Bio contrasté au niveau national

II.5. La transformation et distribution

L’effectif des sociétés bénéficiant de la certification Bio en transformation ou distribution a doublé depuis 2006. Il se concentre principalement autour de deux zones d’activité : la Bretagne et la Vallée du Rhône-Hérault (figure 5). En 2011 sont recensés :

–       8 785 préparateurs (+ 18 % par rapport à 2010) : effectuant des opérations de transformation / conservation / conditionnement de produits agricoles Biologiques (Figure 5).

–       3 172 distributeurs (+ 13 % par rapport à 2010) : commercialisation de produits Biologiques en BtoC ou BtoB (Figure 5).

Cependant, ces chiffres sont à nuancer du fait qu’ils comptabilisent comme « préparateur » aussi bien une PME de 150 personnes, dont 100 % de sa production se fait en Bio, qu’une GMS (Grande ou Moyenne Surface) dont le terminal de cuisson est certifié pour des produits Bio (AGENCE BIO, 2012).

map_france2

Figure 5: Nombre de préparateurs Bio par département et évolution par rapport à 2010 (par rapport à la localisation du siège social) (AGENCE BIO, 2012)

La transformation de produits végétaux domine puisque 80 % des préparateurs y consacrent leur activité principale.

60,7 % des préparateurs BIO travaillent les produits de boulangerie-pâtisserie et pâtes alimentaires. Ce secteur attire beaucoup d’acteurs, le nombre d’établissements ayant pour activité principale ces produits a encore augmenté de 48 % depuis 2009 pour atteindre 5 334 entreprises.

D’autre part, les publications de l’Agence Bio expliquent qu’en 2011, 82 % des préparateurs Bio s’approvisionnent en totalité ou en partie de leurs matières premières sur le territoire français et 73 % d’entre eux s’approvisionnent dans leur région (AGENCE BIO, 2012).

La production française ne permet pas de répondre entièrement à la demande du marché intérieur pour des produits Biologiques  (figure 6) (AGENCE BIO, 2012).

schéma4

Figure 6: Part des produits consommés en France venant de france, en 2011 (AGENCE BIO, 2012).

█ : Entre 80 % et 100 % de ce produit bio consommé en France et originaire de France

█ : Entre 60 et 80 % de ce produit bio consommé en France et originaire de France

█ : Entre 40 % et 60 % de ce produit bio consommé en France et originaire de France

█ : Moins de 40 % de ce produit bio consommé en France et originaire de France

Certaines familles de produits Biologiques sont majoritairement importées. C’est le cas des familles des produits de la mer–saurisserie-fumaison, des boissons végétales et des jus de fruits et légumes dont la production française ne répond qu’à 20 % de la demande nationale (AGENCE BIO, 2012).

En revanche, la production française de certaines familles de produits Bio est en phase avec la demande. C’est le cas de la production de protéines animales, 99 % de la viande bovine, porcine, d’agneau ainsi que la viande de volaille consommée est produite sur le territoire national. Il en est de même pour les œufs. Un peu moins de 90 % du lait et des produits laitiers consommés en France sont produits en France (AGENCE BIO, 2012).

 

III. La production agricole biologique dans le Sud-Ouest (d’après le rapport d’actualités 2013 d’INTERBIO)

La région Midi-Pyrénées a toujours été leader dans le développement de l’agriculture biologique et 2013 fût une année charnière avec la fin du programme européen et national en faveur de l’agriculture biologique mis en place en 2007 et le bilan est plus que positif pour la région. En effet,  Midi-Pyrénées est toujours la première région française bio en terme de surface avec 125000 hectares en 2012 et  2600 exploitations engagées en bio. C’est également la région la plus dynamique en terme de conversion avec une augmentation de 6646 hectares en 2012, contrairement à l’agriculture conventionnelle qui est stagnation.

La région Midi-Pyrénées se trouve donc dans un contexte favorable et va assister à la mise en place d’une nouvelle stratégie régionale de développement de la bio pour 2014 à 2020 par INTERBIO MIDI-PYRENEES.

Le nouveau plan stratégique d’INTERBIO Midi-Pyrénées a 2 objectifs principaux. Le premier est de favoriser et d’organiser l’échange et la mutualisation entre amont et aval entre les différents partenaires régionaux bio. Le second est de faire le lien avec les organisations publiques et professionnelles régionales pour développer la bio en Midi-Pyrénées et sa prise en compte dans les différentes actions mises en place dans la région.

Mentions légales - CGV - Réalisation technique : SW Développement - Réalisation graphique : bienvustudio. - © 2013 - 2018