10 Rue Paule Raymondis, 31200 Toulouse
05 62 30 13 40
05 61 38 80 48

Loi Egalim – Agriculture et Alimentation

Le 2 Octobre 2018 le Parlement a adopté la loi Egalim, Proxidelice revient pour vous sur cette pour comprendre le changement dans la restauration collective, scolaire mais pas que …

Plusieurs objectifs sont mis en avant :

Favoriser une alimentation saine et durable et limiter le gaspillage

A partir du 1er Janvier 2022, la loi instaure l’obligation de servir des repas qui comprennent une part au moins égale à 50% de produits bénéficiant de labels (Label rouge, appellation d’origine…) ou provenant de circuits courts et au moins 20% de produits issus de l’agriculture biologique, ce que nous proposons dans nos menus.

Egalim c’est aussi, à partir du 1er Novembre 2019 la proposition d’au moins un menu végétarien par semaine dans toutes les cantines de la maternelle au lycée.

Assurer un revenu digne aux agriculteurs

C’est l’un des objectifs, mieux rémunérer les agriculteurs en inversant la construction du prix de vente en leur faveur en tenant compte des coûts de production agricole.

Pour se faire, la loi prévoit notamment donc de relever de 10% le seuil de revente à perte, mais également d’encadrer les promotions pour favoriser un rééquilibrage, en faveur des producteurs et des PME.

Améliorer les conditions de production

D’un point de vu environnemental en interdisant certains pesticides pour préserver la biodiversité, mais également en protégeant les riverains habitant à proximité de zones traitées avec des produits phytosanitaires.

D’un point de vue sanitaire, en supprimant le dioxyde de titane dans les produits alimentaires, puisqu’il ne présente aucune valeur nutritive, et qu’il est utilisé uniquement pour ses propriétés esthétiques.

Enfin,  en séparant pour les entreprises les fonctions de conseil et de vente des produits phytosanitaires, et en interdisant les différentes promotions, de façon à mieux contrôler leurs utilisations.

Surveiller et renforcer le bien être animal

Cela passera par plusieurs décisions, notamment le délit de maltraitance animale en élevage pour le transport et l’abattage, et le doublement des peines encourues avec des montants plus élevés.

Les associations animales pourront alors être partie civile lorsque des contrôles officiels auront signalés de mauvais traitements. Dans chaque abattoir un responsable du bien être animal devra être désigné.

L’Etat propose également la mise en place de la vidéosurveillance sous forme d’expérimentation pour des abattoirs volontaires.

Réduire le plastique

Les mesures sur la réduction de l’utilisation du plastique sont très attendues, notamment dans le cadre de la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

Dès 2020, l’Etat souhaite mettre en place l’interdiction des bouteilles d’eau, des touillettes et des pailles en plastique dans les cantines scolaires, les ventes à emporter et autres commerces alimentaires.

Puis en 2025 les contenants alimentaires (cuisson, réchauffe et service) seront interdits dans les restaurations collectives des collectivités locales.